En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK
0

Débat sur les perspectives d'ouverture des musiques traditionnelles

Favoris Signaler une erreur
Son inédit

Contenu dans

Idée de la rencontre: faire sortir des perspectives sur l'ouverture des musiques traditionnelles à de nouveaux publics. Discussion sur l'état des lieux actuel: musiques traditionnelles très vivantes à l'échelle des territoires, mais peu porteuses et portées à plus large échelle. Miquèu Montanaro, musicien varois et fondateur du premier centre de création des nouvelles musiques traditionnelles, insiste sur la nécessité de reconnaître les artistes qui percent nationalement comme faisant partie du milieu traditionnel. Christine Micheu, de la DRAC, dit qu'aller chercher un public nouveau ne signifie pas qu'on adapte le sens au public. Discussion sur les musiques traditionnelles "utilitaires", qui s'appuient sur des évènements culturels et sociaux très ritualisés où on trouve facilement du public. Daniel Loddo, fondateur de la Talvera, explique qu'il a été enthousiaste d'aller dans des festivals non dédiés au traditionnel "défier" des groupes à succès, là où on n'attend pas habituellement des musiciens traditionnels. Habib Samrakandi, anthropologue à Toulouse, parle de l'importance du contexte géographique et culturel qu'une scène a du mal à rendre, à partir de l'exemple des polyrythmies marocaines. Alem Surre-Garcia, conseiller régional, interroge le sens et la limite qu'on donne à l'ouverture. Il parle de la nécessité d'"ouvertures réciproques" et d'avoir une mémoire et une identité claire pour ne pas se diluer et disparaître. Emmanuel Clairjou, musicien et intermittant du spectacle, parle d'éthymologie en comparant les mots "tradition" et "trahison", et prône la création du nouveau sans avoir peur de trahir le milieu traditionnel. Quentin Allemand, musicien, de la formation Pain d'épice, partage les musiques traditionnelles en deux types: utilitaire, et esthétique, et parle de son vécu pour expliquer que l'esthétique trouve aussi son public; mais se pose la question de la "trahison". Thierry Bech lie l'oralité à la mémoire, et la mémoire à l'enseignement. La musique traditionnelle a besoin de l'enseignement pour être portée.

Niveau d'autorisation : 0

Cotation original : G 1596

Description technique original : cassette DAT

Localisation : Domicile Daniel Loddo

N° index ou pagination : 1

Fonds : CORDAE/La Talvera

Lieu de consultation : CORDAE/La Talvera, salle de documentation

Droits : CORDAE/La Talvera

Autorisation consultation : Consultation libre et copie sur autorisation

Genre : DEBAT

Nature : enquête

Commune d'enquête : MONESTIES

Lieu-dit d'enquête : Ecole

Date d'enregistrement : 2004-11-27

Langue : français

Durée : 01h 11min 14s

Qualité technique : très bon

Matériel d'accompagnement : Carnet de terrain

Commentaires :

Laisser un commentaire :

Favoris Signaler une erreur

Dossiers