0

Centre de documentacion de l'associacion

Lo centre de recèrca recampa l'ensemble dels fons documentaris reculhits e numerizats (environ 6 000 oras de collectatge sonòr, 39 000 imatges, de documents audiovisuals e manuscrits) tanplan coma un molon d'obratges e fonogramas editats que concernisson las culturas minorizadas e las tradicions oralas del mond entièr.

Aquesta basa multimediàs recampa las notícias dels fonds per ara informatisats. Un còp facha la vòstra seleccion, los podètz venir consultar sus plaça a Còrdas, sus rendètz-vos.

Per las demandas particularas esitètz pas a nos sonar.

 

Centre de documentation de l'association

Notre centre de ressources regroupe l'ensemble des fonds documentaires recueillis et numérisés (environ 6 000 heures de collectage sonore, 39 000 images, documents audiovisuels et manuscrits) ainsi que de nombreux ouvrages et phonogrammes édités concernant les cultures minorisées et les traditions orales du monde entier.

Cette base multimédias regroupe les notices des fonds à ce jour informatisés. Une fois votre sélection effectuée, vous pouvez venir les consulter sur place à Cordes sur rendez-vous.

Pour des demandes particulières n'hésitez pas à nous contacter.

 

Accéder aux recherches

 

x | -A +A | u | d

Carrousel : La prima

Nouveautés de la doc.

Blason de Bor et Bar

Son inédit

U V
Blason sur les lieux-dits de Bor et Bar.
U V
Louis a fait une chanson sur Bor et Bar.
U V
Conte de la tata Philomène qui a des problèmes de ballonnement.

L'eslip a tirador

Son inédit

U V
Conte scatologique sur l'utilisation sur slip.
U V
Le voeu à Bor pour les pattes des poules, mais il n'existe plus au moment de l'entretien. Les voeux à Monton pour les porcs et à Sainte-Ruffine de Béteille pour les maladies de peaux. A Cabanès pour ...

Valenton el patarin

Son inédit

U V
Valenton fait de la mobylette pour la première fois, il a un accident avec le bouc du village. L'engin est totalement détruit, on ne peut plus rien en tirer...si ce n'est une photographie en ...
U V
Lucie donne la recette des pets de nonne.
Les enfants cueillaient les graines de genièvre pour les vendre à ceux qui faisaient de la liqueur.

Recette du pastis

Son inédit

U V
La spécialité pâtissière est le pastis, Lucie donne la recette et la technique, puis les enquêteurs le prennent en photo. Présence de la fille de Lucie : Adeline. Elle met de l'huile d'olive, ...
U V
Les cabanes dites "gariottes" servaient à abriter les personnes qui travaillaient dans les bois, les cantonniers au bord des routes, dans les champs pour les bergers. Elles ont été démolies et ont ...

La bûche de Noël

Son inédit

U V
Le soir de Noël, on plaçait une bûche qui tenait jusqu'au retour de la messe de minuit, pour avoir de la braise et se réchauffer après le trajet à pied.
Evocation des mendiants qui passaient et ...
U V
Le feu de la saint Jean se fit après la guerre par des jeunes qui en étaient revenus.
U V
Vers l'âge de 13 ans, Noémie travailla à l'énoisage à Limogne, elle gagnait 20 sous par jour. elle gagnait plus à vendre les oiseaux qu'elle piégeait. Une amie cueillait des graines de genièvre pour ...

Discussion

Son inédit

U V
Il y a deux dolmens sur la commune.

Discussion

Son inédit

U V
Une femme était rebouteuse à Lugagnac. Ils vont principalement à Vidaillac.

Discussion

Son inédit

U V
Après l'école, elle travailla avec ses parents et se maria à 18 ans.
U V
Les filles n'avaient pas le droit de sortir, ni de danser. Les soeurs leur donnaient une éducation très stricte et les surveillaient. Elles n'avaient pas le droit de regarder la foire par la fenêtre.

Discussion

Son inédit

U V
Elle coupait à travers champs au retour de l'école et parfois on ne voyait plus ses sabots plein de terre.
La dévotion à Sainte Philomène pour les maladies. La fête avait lieu le 1er dimanche de ...
U V
En allant à l'école elle croisa deux serpents dressés au milieu du chemin et repartit vite à la maison, mais sa mère la renvoya à l'école. Elle sortait de l'école à 16h et avait 4 km de trajet retour ...

Pièges à oiseaux

Son inédit

U V
Noémie plaçait des pièges (tendas) pour attraper les grives et les vendre ensuite. Elle plaçait quelques graines de genièvre sous une pierre tenue par des bouts de bois. Elle faisait des collets en ...

Discussion

Son inédit

U V
Noémie explique qu'elle devait faire 4 km pour aller à l'école, où elle apprit à parler français à partir de 6 ans, pendant la première guerre mondiale.
On faisait un ersatz de café avec des glands ...

Discussion

Son inédit

U V
Discussion au sujet d'une dame à enregistrer au sujet de la chanson sur Pampelonne composée par son mari, qui était instituteur.
U V
On se rendait en dévotion pour les cochons à Lavergne (Saint Blaise) de l'autre côté du Pont de Cirou.
Pour les maux de dent, on allait à Prunet à la Saint Jean.
U V
Un autre château à Pampelonne était au bord du Viaur, ses pierres ont été utilisées pour la construction des maisons du village.
Pendant que des femmes faisaient leur lessive au Viaur, elles virent ...
U V
Au-dessus du Viaur il y avait une église à l'emplacement actuel d'un rocher nommé Lo Ròc de la glèisa, on y entend les cloches de l'ancienne chapelle sonner la nuit de Noël
U V
Evocation de la légende du veau d'or du château de Thuriès et d'une bataille avec des Anglais qui prirent le château par ruse, en se déguisant avec les vêtements de femmes qui étaient allées faire la ...
U V
On sonnait nadalet à partir du 13 décembre.
U V
Discussion au sujet de la confrérie du Rosaire.

Le jour des Défunts

Son inédit

U V
Le jour des Défunts, chacun amenait une offrande au curé : patates, châtaignes, blé, qui les vendait. Toute la semaine après Toussaint, chaque soir, avaient lieu les vêpres pour les morts.
D...
U V
La filature Iché au pont de Cirou. Dans sa famille, ils y amenaient une toison de laine et récupéraient des bas, ou de la laine filée.

Les tisserands

Son inédit

U V
L'arrière-grand-père de l'informateur était tisserand, il lavait le chanvre dans le Viaur. Un autre tisserand travaillait dans la jeunesse de Michel Besombes jusque dans les années 1930.

Les moulins à huile

Son inédit

U V
Pendant la guerre, 3 moulins faisaient de l'huile de colza aux alentours de Pampelonne.

Les châtaignes

Son inédit

U V
Les gens ramassaient les châtaignes par temps sec, les faisaient sécher dans leur "secador" ou leur grenier et allaient les vendre au marché de Carmaux les vendredis. Les différentes variétés et leur ...

Discussion

Son inédit

U V
Tout le monde avait deux ou trois hectares. Un riche avait cinq fermes : M. Esquilat.
U V
Deux sabotiers à Pampelonne : Teulier et Trouillet. Les sabots étaient en aulne. Les gens venaient de l'Aveyron pour les leur acheter.
Des cordonniers vendaient, réparaient et ressemelaient des ...

Les échaudés

Son inédit

U V
Deux familles faisaient de gros échaudés à Pampelonne : Gayrel (paysan, éleveur de brebis) et Mariès (coiffeur). Ils allaient les vendre sur les foires. o les trempait dans du vin. Puis Deymier vint ...

Menu de mariage

Son inédit

U V
Les menus au restaurant : un menu de mariage.

Les boissons au café

Son inédit

U V
Dans les cafés, énumération de tous les alcools qui se servaient avant la guerre.

Les jeux au café

Son inédit

U V
Lo crapaud est un jeu d'adresse où il faut lancer un palet dans la bouche d'une grenouille pour marquer le maximum de points. Il était placé à l'entrée du café. Certains cafés avaient un billard. Les ...

Le jeu de quilles

Son inédit

U V
Devant les deux cafés de la place du foirail, on jouait l'apéritif aux quilles le dimanche.
U V
Deux bouilleurs de cru s'installaient sur le foirail : Bonnafous de Teillet et Souyris de Sainte Gemme, ainsi ils avaient accès à l'eau du puits. Les eaux de vie avec la vendange, les prunes, ...
U V
Les battages se faisaient en commune sur la place du foirail (qui était un patus enherbé), il y avait quatre ou cinq gerbiers. Enumération des familles présentes. Un entrepreneur laissait sa machine ...
U V
A Pont de Cirou il existait une foire aux melons début septembre.
U V
Le 13 décembre, jour de Sainte Lucie, se tenait la foire aux porcs à Pampelonne. Les autres foires avaient lieu le premier mercredi de chaque mois.
Les éleveurs mettaient les cochons dans les ...
U V
La construction du barrage de Thuriès pour le fonctionnement d'une usine hydroélectrique à Pampelonne et l'arrivée de plusieurs communautés étrangères, vers 1919.
Cela permit au café tenu par les ...
U V
Pendant la guerre de 1914-1918, on exploita à Pampelonne, une carrière de mispickel pour en extraire l'arsenic. Le grand-père de l'informateur transportait à dos de mulet le minerai et l'amenait à la ...
U V
Avant la guerre les gens vivaient de peu, travaillaient la terre, et avaient un métier en plus. Après, ils travaillèrent à la mine et améliorèrent leurs conditions de vie.

Lexio Epistolae

Son inédit

U V
Georges Cévennes dit un extrait de l'épitre Lexio Epistolae.

Une chaleur douce

Son inédit

U V
Un pépé et une mémé ont entendu à la télévision que pour se soigner des rhumatismes il fallait rester nu par un temps de soleil.

L'eau de La Fouillade

Son inédit

U V
L'eau de La Fouillade est diurétique et elle peut soigner des rhumatismes.
U V
Une bonne de curé ne pouvait pas s'empêcher de péter. Concours entre le curé et sa bonne pour voir qui pète le plus fort à l'aide de la farine. La chute sur l'anatomie féminine.

La buche de Noël

Son inédit

U V
La buche de Noël, seul moyen de chauffage autrefois, devait durer jusqu'au retour de la messe de minuit.
U V
Louis récite le début de l'épitre qu'il a du chanter étant enfant. A cause du trac il s'était trompé et il a chanté la parodie. La préface de la messe des paysans, on la célébrait au mois de juillet, ...
U V
Dans l'année, chaque paroisse faisait à tour de rôle la journée de l'adoration perpétuelle, les curés des paroisses voisines s'y retrouvaient. Louis avait appris à chanter l'épitre en latin.
U V
Louis revient sur le conte du Noël des bêtes, il le tient des anciens qui donnaient tel quel des précisions sur le nom des fermes des animaux, etc. Le chant de Noël, il le chantait quand il était ...

Le Noël des bêtes

Son inédit

U V
La nuit de Noël les bêtes ont la faculté de parler comme les hommes. Elles se rendent à Bethléem pour voir l'enfant Jésus.

Louis, conteur

Son inédit

U V
Louis connait pleins d'histoires et de blagues dont certaines sont de Padena. Il adapte les histoires selon l'endroit où il se trouve.

Lo drac

Son inédit

U V
Le drac c'était le diable en personne.

Lo vent follet

Son inédit

U V
Autrefois on pensait que le vent follet était le fait d'une fachilièira.

Discussion

Son inédit

U V
A l'époque, une ferme avec 20 vaches commençait à être une grosse exploitation. Beaucoup de gens de la génération de Louis et de son village sont rentrés dans les Chemins de Fer, dans les années ...
U V
On a construit une chapelle en remerciement parce qu'on voyaient des feux follets, ils étaient appelés autrefois las fachilièiras. On parlait de la fachilièira quand Louis était petit, pour lui ...
U V
Les devinhaires = les guérisseurs, quelqu'un dans la Lozère a remis le cousin d'Éloi de sa sciatique. Il l'a guéri dans un pré parce que le guérisseur était entrain de faucher.

Le pain béni

Son inédit

U V
Quand Éloi était jeune, on faisait le pain béni à l'église. Le pain était partagé entre les personnes qui venaient à la messe et elles repartaient avec.
U V
Quelques uns croyaient au retour des morts. On apportait au curé du blé ou d'autres récoltes pour "payer le culte", pour dire des messes pour les morts. Cela se faisait à Almayrac et à Tréban aussi.

Discussion

Son inédit

U V
Discussion à bâton rompu sur le drac et les êtres pour faire peur aux enfants.
U V
Quand Éloi était petit avec des camarades ils s'amusaient à faire peur à une voisine la nuit par le biais d'un tustet (un système pour frapper à la porte de quelqu'un) avec une ficelle. Ils ...
U V
La mesinièira pour faire peur à quelqu'un. La chasse au tamare pour se moquer de quelqu'un.
U V
A la mine de la C.G.I (Compagnie Générale Industrielle), une vingtaine de personnes d'Almayrac y travaillaient à l'époque où y était Éloi mais les anciens y allaient travailler déjà avant. Les gens ...
U V
La fête votive à Saint-Blaise se fait le 4 février, on s'y rend pour les porcs mais aussi la basse cour en général. A Almayrac le lieu de culte est Saint-Salvy, on faisait un pèlerinage pour la ...

Actualités du CORDAE / La Talvera

3 y
Petits métiers d'autrefois ...

Cet ouvrage retrace en 22 tableaux certains de ces petits métiers d'autrefois : étameur, rémouleur, forgeron, lavandière, couturière, chiffonnier, sabotier, etc. qui ...

Parution août 2015

Actualité site | 15/07/2015

3 y
Réédition revue et augmentée !

Pour quiconque aime chanter, seul ou en groupe, pour son plaisir personnel ou dans un but pédagogique, ce livre rassemble 154 chansons traditionnelles occitanes, ...
0
Z